Comment préparer une séquence de formation efficace ?

Par Tina Mompoint Jeune

Préambule : La préparation d’une séquence de formation, au sein d’une action globale de formation, renvoie au pôle « Ingénierie pédagogique » de cette dernière. Il s’agit du niveau « micro » de la formation qui correspond à l’organisation de la rencontre entre l’apprenant et le formateur. Pensée à la lueur des caractéristiques propres à l’apprentissage des adultes (cfr article « L’Ingénierie de formation ou comment penser la formation professionnelle continue au travers du prisme de l’efficacité ») (1), l’Ingénierie pédagogique permet la proposition d’un contenu, de supports et de méthodologies en adéquation avec un public adulte.
L’organisation d’une séquence de formation ne déroge pas à la règle : une préparation minutieuse et rigoureuse permet l’espérance d’un rendement. Gérer une séquence de formation sans une préparation en amont, équivaut à contenir une masse d’eau les mains grandes ouvertes ; l’efficacité est antinomique au hasard pédagogique !
Dans cet optique, nous présentons, ici, un canevas reprenant, de manière non-exhaustive, les étapes de la préparation d’une séquence de formation par un formateur d’adultes.

Le formateur efficace est proactif, gère son temps, son espace et son matériel… Il est préparé !

Tina Mompoint Jeune (Formation & Management Haïti – FEMH)
Psychopédagogue – Ingénieure de formation
Université catholique de Louvain (Belgique)
Contact : tina.mompointj@formation-et-management.com
Tel : (509) 3619-0931 / 34581191 / 4199-5644
WhatsApp : (509) 4881-1966
Site internet : www.formation-et-management.com
Facebook : https://www.facebook.com/FEMH.HAITI/
Twitter : @FEMH_HAITI
1. Définition d’objectifs pédagogiques

Penser une action de formation en terme d’objectifs permet une implication et un engagement des différents acteurs de la formation (commanditaires-formateur(s)-apprenants) dans une démarche cohérente. Il s’agit en quelque sorte de contractualiser la relation entre ces partenaires afin de clarifier et « valider les attentes et engagements de chacun et favoriser le bon déroulement de l’action de formation » (2).
Il existe 4 types d’objectifs (3) correspondant à leur niveau d’intervention dans le processus de formation. Ainsi, nous distinguons :

1.1. Les objectifs stratégiques

Il s’agit des enjeux liés à la formation. Ils sont fixés, par les dirigeants de l’organisation, au cours de l’élaboration de leur politique de formation. Cette dernière correspond aux désirs et aux objectifs assignés aux différents acteurs de l’organisation dont les effets seront perceptibles sur le court et le long terme (4).

1.2. Les objectifs opérationnels
Il s’agit des changements attendus, au sein de l’organisation, suite à l’action de formation. Ces objectifs sont fixés par l’ingénieur de formation et constituent la traduction opérationnelle de la vision stratégique des dirigeants de l’organisation. Ils prennent la forme du plan de formation. Ce dernier favorise le développement des compétences, au sein de l’organisation et « résulte d’une part, de la concertation et de la réflexion des dirigeants quant aux impératifs de formation au regard des besoins et des moyens de l’organisation et d’autre part, des informations recueillies lors de l’analyse des besoins » (5).


1.3. Les objectifs pédagogiques globaux
Ils correspondent aux résultats attendus en fin de formation, chez les apprenants, en terme de savoirs, savoir-faire et savoir-être. Fixés par l’ingénieur de formation et le formateur, ils constituent « la pierre angulaire de la formation » (6). Ces objectifs se trouvent au cœur de l’Ingénierie pédagogique et constituent le point névralgique de l’action du formateur.

1.4. Les objectifs pédagogiques partiels
Définis par le formateur, il s’agit de ce que l’apprenant doit être capable de faire à l’issue de chaque séquence de la session de formation.

L’action du formateur se situant au niveau de l’Ingénierie pédagogique, ce dernier est essentiellement concerné par la définition des objectifs pédagogiques globaux et partiels. Ci-dessous, quelques règles d’usage (7) propres à leur rédaction.

• Formulation en fonction de l’apprenant
Ex : – A l’issue de la formation, l’apprenant sera capable de rédiger le compte-rendu d’une réunion. (Objectif pédagogique global)
– En fin de séquence, l’apprenant sera capable de cibler les points clés d’un discours. (Objectif pédagogique partiel)

• Utilisation de verbes d’action
Ces derniers permettent de décrire des comportements observables.
Ex : Numéroter, recueillir, situer, vendre…

• Précision du niveau de performance souhaité
Le formateur précise le degré de difficulté.
Ex : L’apprenant sera capable de rédiger un compte-rendu d’une réunion en 30 minutes.

• Précision du contexte de la réalisation de l’objectif
Le formateur précise le lieu, la durée
Ex : L’apprenant sera capable de rédiger un contre-rendu d’une réunion en 30 minutes indépendamment du contexte dans lequel il se trouve et du matériel informatique à sa disposition.


2. Construction de « l’escalier pédagogique » (8)

L’escalier pédagogique correspond à une schématisation de la progression logique des apprenants au cours de la formation (9). Chaque marche représente un objectif pédagogique partiel intermédiaire menant à la réalisation de l’objectif pédagogique global de la formation. Outre cela, cette progression permet aux apprenants de se situer, à tout moment, dans leur apprentissage.
L’escalier pédagogique se construit suite à la rédaction des objectifs pédagogiques globaux et partiels afin de produire un enchaînement pertinent de séquences de formation au profit d’un apprentissage efficace. Voici deux questions que le formateur peut se poser lors de sa construction :

a) Quels sont les objectifs indépendants et ceux dont l’atteinte est conditionnée par celle des objectifs précédents ?

b) Par quel contenu est-il pertinent de commencer afin d’assurer la progression des apprenants ?

Une fois que ces questions ont trouvé une réponse, le formateur va ordonner ses objectifs partiels et créer son escalier pédagogique répondant à l’exigence d’une cohérence générale du dispositif. Pour chaque marche (chaque objectif partiel), il veillera à :

1) Sélectionner les contenus
Le formateur doit effectuer une « analyse-matière » certifiant sa maîtrise des contenus abordés. Anticiper les obstacles des apprenants permet d’accroître son degré de préparation.
2) Choisir la méthode pédagogique utilisée
Quelle mise en situation ? Quelle méthode d’apprentissage ? Le formateur veillera à adapter sa lecture à ses désirs.
3) Penser la gestion du temps, de l’espace et du matériel
Chaque étape de la séquence doit être estimée (en minutes) au préalable et pensée selon le rythme de l’apprentissage désiré. De même, le formateur pensera, à l’avance, à la disposition générale du local (qui peut être liée à la méthodologie choisie) ainsi que le matériel dont les apprenants et lui auront besoin. L’objectif, ici, est de limiter les imprévus de type organisationnel afin d’être efficace. Un formateur préparé a une maîtrise de son temps, de son espace et de son matériel.
4) Prévoir les supports
Il est évident que les supports doivent être construits à la lueur de la progression générale de la formation mais aussi des méthodes pédagogiques plébiscitées. (Voir point 3. Conceptions des supports).
5) Prévoir l’évaluation intermédiaire
Cette dernière permet d’attester l’atteinte des objectifs partiels.

3. Conception des supports

La conception des supports pédagogiques de la formation doit, comme chaque étape du processus de formation, faire l’objet d’une préparation rigoureuse. En effet, loin d’être superficiels, ces derniers constituent un élément tangible de la relation entre le formateur et les apprenants, vecteur de communication. L’objectif d’un support pédagogique est de « faciliter l’appropriation des points clés de la formation par les participants, en leur permettant de visualiser, de mémoriser, de clarifier ou de produire dans de bonnes conditions » (10). Son élaboration doit être fonction du rôle qui lui sera attribué mais aussi, et surtout, du public auquel il s’adresse.
Un support pertinent est un support constituant une plus-value au dispositif de formation. Cependant, le formateur doit être capable d’en anticiper son absence et de prévoir une alternative en cas d’imprévu (ordinateur contenant le powerpoint de la présentation hors service, photocopieuse en panne etc.). Le formateur performant est proactif !
Distinguons 3 sortes de supports pédagogiques :

a) Le support du formateur
Il s’agit du guide du formateur, sa feuille de route. Ce dernier consigne le déroulement de la séquence de formation à savoir, son découpage en étapes minutées, les procédés mis en oeuvre ainsi que la préparation des consignes/questions qui seront données aux apprenants. Ces dernières doivent impérativement être rédigées en amont de la séquence même si elles peuvent, évidemment, faire l’objet d’une adaptation sur le terrain. Il est à noter que cette adaptation ne pourra avoir lieu que si les consignes ont été préalablement pensées. Il en est de même pour les procédés utilisés par le formateur.
Ex : Procédé = Après la lecture du cas, le formateur demande aux apprenants d’échanger en sous-groupe sur telle et telle donnée avant un échange en grand groupe.
Consigne = « Durant les 10 minutes suivantes, tentez de lister, en sous-groupe, les avantages et les inconvénients de la mesure proposée en exemple. Le porte-parole de votre sous-groupe exposera, ensuite, votre réflexion au grand groupe ».

Précisons que la rédaction d’un guide pour le formateur a l’avantage de s’assurer d’une progression pédagogique identique entre les formateurs dans le cas d’une formation à grande échelle avec plusieurs formateurs.

b) Les supports communs (formateur et apprenants)
Il n’existe pas deux personnes qui apprennent de la même façon ! Ce célèbre adage n’a jamais été aussi pertinent que lorsqu’il s’applique à l’élaboration des supports pédagogiques d’une formation. Le formateur doit donc avoir à l’esprit le fait suivant : il existe trois types d’apprenants : les visuels – les auditifs – les kinesthésiques. Chacun d’entre eux doit donc être pris en considération lors de l’acte de formation. Ainsi, le formateur pensera à présenter des supports visuels pas trop chargés (tableaux, graphiques, photos, article, vidéos, power point etc.) et permettant d’appuyer sa parole, suffisante pour certains. Mais, il veillera également à ne pas oublier les apprenants qui ont besoin de participer, de toucher, de faire pour apprendre (les kinesthésiques). Cette dernière catégorie pourrait trouver son compte, par exemple, lors de diverses mises en situation pratiques (jeu de rôle par exemple).

c) Les supports des apprenants
Il s’agit des documents qui seront remis aux apprenants et avec lesquels ils repartiront chez eux. Ces derniers doivent donc être im-pec-ca-bles !!!  Par conséquent, ils ne peuvent souffrir d’aucune faute d’orthographe et / ou de syntaxe    ( !), être clairs et lisibles. Ils comporteront des espaces favorisant la prise de note (que le formateur encouragera) afin que les apprenants puissent se les approprier.
Dans un souci d’honnêteté intellectuelle, toutes les documentations, citations doivent être précisément référencées afin de permettre à l’apprenant, désirant d’en savoir plus, de consulter les ouvrages utilisés.

 

Références dans le texte :

  1. Article en lecture libre dans le menu “Publications”
  2. Cauden, I & Cuisiniez, F. (2012). La boîte à outils des formateurs (2ème éd.), p.14
  3. La boîte à outils des formateurs (2ème éd.), Ibid, p.18
  4. Lafille, H-C. & Layole, G. (2007). Le plan de formation (2ème éd.) Paris : Dunod.
  5. Mompoint Jeune, T. (2016). L’Ingénierie de formation ou comment penser la formation professionnelle continue au travers du prisme de l’efficacité.
  6. La boîte à outils des formateurs (2ème éd.), Ibid, p.20
  7. La boîte à outils des formateurs (2ème éd.), Ibid.
  8. La boîte à outils des formateurs (2ème éd.), Ibid, p.52
  9. La boîte à outils des formateurs (2ème éd.), Ibid.
  10. La boîte à outils des formateurs (2ème éd.), Ibid, p.70


Bibliographie :

Cauden, I. & Cuisiniez, F. (2012). La boîte à outils des Formateurs (2è éd.). Paris : Dunod.
Lafitte, H-C. & Layole, G. (2007). Le plan de formation (2è éd.). Paris : Dunod.
Mompoint Jeune, T. (2016). L’Ingénierie de formation ou comment penser la formation professionnelle continue au travers du prisme de l’efficacité. Formation & Management Haïti.

Télécharger (PDF, 54KB)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *